Distribution

 

Texte
Philippe Gauthier
Au plateau
Michel Deleuze, Mathilde Desmoulins, Bérénice Doncque
Mise en scène
Lucas Bernardi
Production
Marie Kristanek, Siriane Pivot

Création prévue à l’automne 2023

 

 

Note d’intention

Avec son texte Quelques minutes de silence, Phillippe Gauthier nous donne à lire un monde qui ressemble beaucoup au nôtre, soumis en permanence à l’état d’urgence. Les enfants sont obligés de s’adapter à ces nouvelles circonstances. Et de plus en plus souvent, on leur impose des minutes de silence pour rendre hommage, leur dit-on, aux disparus.

L’une des pistes explorées par le Théâtre du Réel pour cette nouvelle création est donc d’inviter la·le spectat·rice·eur à se reconnaître dans ce que reflète l’école, c’est-à-dire suivre des règles, les reproduire et les encourager. Mais quel est le sens de toutes ces règles ?

Dans la continuité de sa ligne artistique, le Théâtre du Réel, au travers du spectacle Quelques minutes de silence, souhaite questionner les règles et normes imposées aux nouvelles générations.
Avec Y a-t-il trop d’étrangers dans le monde ? (création 2017) et sa forme tout terrain, le Théâtre du Réel a entamé un parcours de représentations hors les murs. Ainsi, jouer ailleurs que dans un théâtre n’enferme pas le récit dans une fiction. Le spectacle Les affreuses (création 2022) a prolongé ce parcours en se produisant dans des établissements scolaires et ainsi proposé des réflexions et des questionnements à des esprits en cours de formation. Quelques minutes de silence veut offrir une synthèse de ces deux parcours en produisant un spectacle tout terrain à destination de tous les esprits ouverts/en formation, sans considération d’âge, de statut social, de genre, d’origine,…afin de pouvoir visibiliser l’absurdité d’une situation réelle et amener une réflexion critique sur cette situation.

En cohérence avec le style d’écriture de l’auteur, la compagnie souhaite faire de cette œuvre une comédie burlesque qui oppose la lourdeur des protocoles à une joyeuse ingénuité teintée d’espoir.
Dans son texte, Philippe Gauthier souligne une situation absurde qui soumet les enfants, dans une école, un collège, à un état d’urgence permanent rythmé par de multiples minutes de silence et hommages, sans réelles contextualisations ni réflexions.

L’école est le reflet de notre société. Au XIXème siècle, l’Ecole de Jules Ferry formait les garçons à la gymnastique dans l’optique de devenir de bons soldats tandis que les filles apprenaient à devenir de bonnes maîtresses de maison. Et aujourd’hui ?
La gestion sanitaire de la pandémie nous l’a encore une fois belle et bien confirmé. On ne compte plus les règlements qui en ont découlé au sein des établissements scolaires. Aux exercices « attentat-intrusion » et « évacuation incendie » sont venus s’ajouter les protocoles sanitaires. Il ne s’agit pas ici de juger la pertinence des réglementations, mais d’interroger le mécanisme de contrôle qui en découle, en opposition à de jeunes personnes curieuses, malicieuses et animées.

Choisir de monter cette pièce avec des acteurices adultes nous permet d’élargir le prisme de lecture des événements. Dans le texte de Philippe Gauthier, ce sont des enfants qui font face au choix ou au non choix de la conformité. Notre parti pris est de montrer que la confrontation au conformisme, contrairement à une pensée répandue, n’est pas qu’une étape de la construction d’une personnalité durant l’enfance et l’adolescence. Mais c’est bien une position à laquelle nous sommes confronté·e·s tout au long de notre vie. La question est de savoir si elle est choisie, contrainte ou assumée.

Calendrier

19 & 20 septembre 2022 : Le Baz’Arts (Saint-Martin-d’Hères)

17 > 21 octobre 2022 : Le Repaire (Merlas)

28 nov. > 2 décembre 2022 : Le Grenier des Halles (La Tour-du-Pin)

23 > 27 janvier 2023 : Espace 600 (Grenoble)

27 février > 3 mars 2023 : La Baj’art (Grenoble)

5 > 9 juin 2023 : La Faïencerie (La Tronche)